Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 13:03

Le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (CDEN) se déroulera ce mardi 16 février 2016 à Cahors au Lycée Clément Marot à 14h.

Nous appelons à une mobilisation la plus forte et la plus large possible: pour nos enfants, nos écoles, nos villages, nos territoires !

Rendez -vous dès 13h devant le lycée Clément Marot à Cahors pour faire entendre notre voix, NOS VOIX ! Pour nous exprimer, nous défendre devant cette attaque massive à l'encontre de nos enfants, de nos écoles ! Les caméras de France 3 seront là !

 

Lors de cette réunion, les propositions de fermetures d'écoles ou postes, et ouvertures de postes seront présentés aux élus pour avis consultatif.

Une très forte mobilisation est nécessaire pour afficher notre refus d'une telle hécatombe : 20 postes supprimés dont 10 écoles qui ferment (Anglars, Baladou, Condat (2 classes !), Gréalou (2 classes !), Le Boulvé, Parnac, Saint Cirgues, Saint Martin le Redon, Saint Vincent Rive d'Olt, Vire sur Lot) !

La création de seulement 2 postes devant élèves ! (Luzech en élémentaire et Saint Céré en élémentaire aussi).

La création de 4 postes "plus de maîtres que de classes" et scolarisation des 2 ans, des postes "ajustables" qui pourraient tout à fait être supprimés facilement (pas de classe attitrée à ces enseignants) si le besoin s'en faisait sentir (les postes de RASED ont connu cela depuis de nombreuses années.... hélas).

La création de 4 postes de remplaçant (une nécessité absolue tant les remplacements sont problématiques actuellement). Mais 4 remplaçants contre 4 écoles !!!

A chaque fusion d'école (ce qui est le cas dans beaucoup d'endroits), nécessité d'une décharge plus importante du directeur d'école ce qui est parfaitement normal. Plus on regroupe, plus le "besoin" est grand en poste donc, c'est notre désaccord sur ce point : on supprime des écoles pour créer des postes de "décharge" (Enseignant qui remplace le directeur), pour permettre aux directeurs d'école d'effectuer leur lourde tâche.

Il y a des exemples flagrants d'injustice :

L'école de Montcabrier perd un poste (c'est normal à 24 enfants 1 seul poste suffit : aucun problème !), mais la deuxième école du RPI, celle de Saint Martin le Redon, serait fermée pour mettre les maternelles à Montcabrier alors que les locaux ne sont pas adaptés à cet accueil : l'école de Saint Martin le Redon fermerait avec une moyenne d'enfants dans le RPI égale à la moyenne départementale !!!! (où s'arrêtera le DASEN ?), les critères d'effectifs, d'isolement et d'investissement des communes sont méprisés !

L'école de Gréalou fermée (2 classes !!) et les enfants envoyés à Cajarc alors que le bassin de vie est sur Figeac. Le DASEN a méprisé cette école qualifiée "d'un autre âge" : ce n'est pas acceptable !

Le RPI du Haut Ségala s'est vu imposé un chantage inacceptable de la part du DASEN avec obligation soit de tout regrouper dans un territoire de montagne fragile ou supprimer une école de village ! Aucune des 2 solutions n'est viable ni acceptable pour ce territoire isolé où les élus s'investissent pour leurs écoles et leurs communes.

L'école de Condat fermerait mais où iront les enfants de l'autre école du RPI : l'école de Cazillac, personne ne le sait aujourd'hui !

Des communes plus importantes ne jouent pas clairement la carte de la solidarité : nous aimerions connaître précisément et officiellement les positions de Duravel, Lalbenque, ou Limogne (et il y a en a d'autres c'est certain !) par rapports aux écoles des villages voisins.... Personne ne ressort gagnant quand on progresse en écrasant le voisin !

 

Beaucoup d'élus ont peur pour leurs écoles aujourd'hui, les paroles du DASEN et de la Préfète sont anxiogènes et précipitent des décisions qui devraient être réfléchies et concertées à l'échelle de territoires beaucoup plus vastes : les conséquences sur l'aménagement de nos territoires vont être catastrophiques à brève échéance.

En regardant la carte nationale des postes pour la rentrée 2016, nous nous interrogeons sur la volonté et ou la capacité de notre DASEN, de notre préfète, de notre Rectrice à nous défendre au ministère : l'Aveyron, l'Ariège (notre académie) sont attaqués eux aussi mais le Lot et Garonne, la Dordogne, la Lozère, l'Aude, et ..... Paris (-2000 enfants et aucun poste supprimé !!) voient le nombre de postes augmenter avec des effectifs d’enfants en forte baisse ! Où est l'équité nationale dans ces chiffres ? La Loi de la Refondation de l’École de la République demande le renforcement des aides spécifiques aux territoires ruraux : nous vivons le contraire dans notre département !

Nous sommes méprisés, il nous faut donc réagir vivement et avec une solidarité départementale : chaque école, chaque parent, chaque élu doit aujourd'hui se battre pour la vie de nos territoires ruraux ! Demain sera peut-être votre tour !

Faisons entendre notre voix mardi 16 février à 13h à Cahors.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ccsev
commenter cet article

commentaires

Sud Education 46 14/02/2016 13:31

Sud Education sera là mardi pour défendre nos écoles et vous soutenir!

ccsev 14/02/2016 22:24

Message bien reçu ! à mardi !

Qui Sommes-Nous ?

  • : Blog du CCSEV
  • Blog du CCSEV
  • : Blog du Collectif Citoyen pour la Sauvegarde des Ecoles de Village. Basé dans le Lot (46). Infos, outils, actions, motion, pétition et actualités
  • Contact