Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 15:25

Compte-rendu de notre entrevue avec Jean Launay

 

Une trentaine de personnes étaient présentes ce samedi 29 novembre à Sousceyrac (du Haut Ségala, du Figeacois, de la vallée du Lot) pour accompagner la délégation reçue par le député du Lot : Jean Launay.

 

Celle-ci était composée d'élus et de citoyens:

- 8 maires : St Cirgues (Christian Venries), Lauresses (Pierre Lagarde), Gorses (Claudine Rigal), Reyrevignes (Jean Trémoulet), St Hilaire (Guy Lafon), Labastide du Haut Mont (Dominique Canal), Bessonnies (Francis Thers), Terrou ( Jean-Pierre Dufourcq),

- du Président de la communauté de communes du Haut Ségala, Olivier Bonneau,

- des parents d'élèves et amis des écoles de village,

- des conseillers municipaux.


 jean launay-1

 

La rencontre s'est bien passée, dans une bonne écoute, chacun avançant ses arguments.

 

Voici en résumé la position de Jean Launay (il la présentera dans un communiqué de presse ce lundi) qui ne veut pas d’une « politique de la terre brûlée » dans notre département :

 

                - Le protocole présenté par la rectrice de l’académie de Toulouse aux grands élus du Lot n'est pas satisfaisant. Jean Launay souhaite que soient intégrées les données suivantes :

1 - constitution d’un comité de pilotage vraiment élargi aux élus, parents, syndicats d’enseignants et citoyens.

2 - la prise en compte des efforts réalisés il y a 30 ans par un  grand nombre de communes pour la mise en place de tous les RPI qui fonctionnent très bien aujourd'hui, politique très en avance pour l'époque. 

3 - protection des zones de montagne (ce qui concernerait le Ségala et d'autres territoires dans notre département ?).

4 - la mise en place d'un moratoire de maintien des postes pendant trois ans (pendant le temps de la concertation avec le groupe de pilotage).

 

Jean Launay ne signera donc pas le protocole en l'état.  Il fait de l'intégration des trois premiers points énoncés précédemment la condition de sa signature éventuelle (il est resté plus flou sur la demande de moratoire qui lui semble plus difficile à obtenir).

 

jean launay-2-copie-1

 

 

Cela dit, Jean Launay souligne qu’il faut signer un protocole avec la rectrice pour que ne soit pas appliquée bêtement la règle mathématique du rapport P/E (nombre de postes pour 100 élèves) et pour définir d'autres critères de maintien des postes en milieu rural (ou d'éventuelles fermetures).

 

 

Nous sommes intervenus sur plusieurs points :

 

- Le  protocole s'inscrit dans une politique d'austérité à l'école que nous remettons en cause. Où sont les 60 000 postes des promesses de campagne ?  Où ont-ils été concrètement répartis ? Nous avons demandé à Jean Launay de transmettre notre demande de transparence à la Ministre de l’Éducation Nationale.

- Cette politique accélère le démantèlement des territoires ruraux qui se sentent de plus en plus abandonnés,  et génère un désarroi propice à toutes les dérives.

- Le protocole part d'un constat erroné de la situation de l'école rurale dont les réussites ne sont pas soulignées, ni la richesse (les classes à plusieurs niveaux), ni la qualité des équipements (souvent supérieure à celle des classes urbaines).

- Le modèle présenté par la rectrice est celui du regroupement dans des ensembles scolaires trop importants : La proximité est mise à mal, l'accueil des enfants fragiles dégradé (un parent a porté le témoignage de son enfant handicapé parfaitement intégré dans une petite école).

- Il est possible de se mettre autour d'une table sans avoir à signer en amont un protocole qui a déjà en grande partie défini les conclusions du débat.

- Les grands élus sont-ils les plus légitimes à signer ce protocole ? Quelle sera la place des élus ruraux dans une discussion éventuelle ? Et celle du collectif citoyen qui fait preuve depuis plusieurs mois de sa représentativité sur l'ensemble du département ?

- Le président de la CC du Haut Ségala a insisté sur l’effort que font les collectivités pour maintenir un ramassage scolaire de proximité.

- Le lien entre la présence d’écoles rurales et l’attractivité du territoire notamment pour les jeunes agriculteurs a également été souligné.


 

Jean Launay est le troisième grand élu à nous dire qu'il ne signera pas ce protocole en l'état.  

Pour le collectif, la nécessité d’une concertation départementale reste capitale avant toute prise de décision.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by ccsev
commenter cet article

commentaires

Qui Sommes-Nous ?

  • : Blog du CCSEV
  • Blog du CCSEV
  • : Blog du Collectif Citoyen pour la Sauvegarde des Ecoles de Village. Basé dans le Lot (46). Infos, outils, actions, motion, pétition et actualités
  • Contact