Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 14:19

A Limogne : également une classe visée, en l'occurrence celle du CP.

Conséquence : des effectifs à la hausse dans toutes les classes, jusqu'à 28 à 30 élèves dans certaines d'entre elles.

 

Des parents, des élus, refusent la fermeture et se mobilisent : aperçu en images

 

école occupée 11/02  Fermeture de l'école le 11 févTouche pas à mon écolerier 2011

  Mobilisation 11/02

Limogne 11/02/10Manifestation à Limogne le 11 février 2011

Limogne 11/02

Limogne 11/02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 21:28

Effet des cantonales ou non ?! Les socialistes déposent le projet de loi "bouclier rural", rejeté en commission, il le sera sûrement lors de son vote le 29 mars. En effet, l'UMP a déposé lui son "Plan Marshall pour la ruralité" qui commencera à être décotiqué et intégré lors de la prochaine loi de finance.

 

Plus d'infos sur les propositions :

le "bouclier rural"

(extrait :   L’article 3 vise à garantir une proximité maximale d’un certain nombre d’infrastructures de
service public aux populations. Comme le posait le rapport sur les services publics en milieu
rural de MM. Henri Nayrou et Pierre Cohen « en 2001, « le droit Français connaît la notion
d’«égal accès » mais pas celle d’accessibilité16 ». Il est urgent aujourd’hui de redonner une
réalité concrète au principe en posant clairement les conditions de l’accessibilité.
L’éducation, explique l’article L. 111-1 du Code de l’éducation est « la première priorité
nationale ». A ce titre, l’accès à l’école fait partie de ces services pour lesquels la proximité
est indispensable. Si l’on parle en effet des rythmes scolaires à juste titre comme d’un élément
essentiel de la réussite scolaire, il faut inclure dans la question des rythme les temps de
transport imposés aux élèves des communes rurales qui, parfois dès leur plus jeune âge, sont
contraints à des déplacements longs qui minorent leur temps de sommeil et entament leurs
capacités à apprendre lors de la journée. Par ailleurs, l’obligation de regroupement
d’établissements scolaires prévues dans l’article L. 212-2, préjudiciable à de nombreuses
communes rurales et à leur offre scolaire, mérite d’être revue pour laisser place au volontariat.
Ce temps maximal doit être aussi imposé pour le service public de l’emploi. Le monde rural
est aussi devenu parfois un monde de la relégation sociale, comme ont pu le remarquer
certains sociologues. Il faut apporter à ces populations, parfois non motorisées, un service de
proximité. L’article ne présume pas de l’organisation, qui pourrait reposer sur la présence
dans des maisons de service public, d’un service forain accessible par intermittence. Il impose
simplement une proximité encadrée par la loi.)            link 

 

et  le "Plan Marshall" ou le service aux publics

( extrait ....

Article 7

Les dispositifs innovants d’accueil à la petite enfance, à savoir les regroupements d’assistantes maternelles, les micros-crèches et les haltes garderies itinérantes bénéficient d’aides spécifiques des caisses d’allocations familiales et de l’État.

Le montant de ces aides est fixé par décret.

Le nombre d’enfants de moins de 3 ans dans une commune classée en ZRR est obligatoirement pris en compte dans toutes les décisions relatives à la création ou à la suppression de postes d’enseignant dans les écoles primaires.) link

 

 

chez-Roger-.JPG

Repost 0
Published by sabrina - dans DOSSIERS
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 15:29

Célé077

Les communes : Berganty, Bouziès, Cabreret, Calvignac, Cenevières, Cours, Cras, Crégols, Esclauzels, Lanargol, Lauzès,  Lentillac-du-causse, Limogne, Nadillac, Orniac, Sabadel-Lauzès, St Martin de  Vers, St Cernin, St Martin Labouval, St Cirq Lapopie, Sauliac sur Célé, Tour de Faure, Valroufié, Vers.

Pas encore d'infos sur les trois abstentions, on vous tient au courant ...

Repost 0
Published by sabrina - dans DOSSIERS
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 01:32

Ci-dessous l'article de la Dépêche du Midi, 19/03/2011


Ici, la carte scolaire de la rentrée 2011 signifie la fermeture de la classe de Rampoux et la suppression de deux postes d'ATSEM !


Nous pensons que la question du regroupement avec Dégagnac doit être vue séparément du nombre de postes d'enseignants sur le RPI.

 

A chacun ses responsabilités :

- l'organisation des classes sur le territoire dépend de choix locaux (regroupements de niveaux, éloignement des communes, lieu de résidence ou de travail des parents, etc.)

- les effectifs enseignants doivent garantir le service public d'Education, dans l'égalité des chances et l'équité par rapport aux autres territoires et ceci est le rôle de l'Etat.

Pas de mélange des genres !


La classe de Rampoux doit être maintenue, car c'est un site de qualité et de proximité, qui a fait l'objet d'importants travaux, et utile à son environnement rural. N'acceptons pas sa suppression !

 

 

RAMPOUX-17-03-2011.jpg

 

 

La protestation contre le projet de fermeture de l'école de Rampoux gagne du terrain. Nous avons déjà évoqué (notre édition du 5 mars) la mobilisation des parents d'élèves contre cette fermeture. Jeudi, ils ont occupé la cour de l'école

.

Elle accueille actuellement 14 enfants de CP et CE1 ; l'école de Lavercantière reçoit 24 enfants en trois sections de maternelle, tandis que Thédirac compte 16 enfants en CE2, CM1 et CM2, soit 54 enfants pour l'ensemble du RPI. Mais à la rentrée de septembre 2011, les effectifs doivent passer à 47 et une institutrice part à la retraite.

Aussi, les parents d'élèves ont-ils accueilli sans surprise les bruits faisant état d'une fermeture de classe, notamment par le Collectif citoyen de sauvegarde des écoles de villages (CCSEV) qui lançait une pétition. Pour les parents d'élèves, cette fermeture envisagée, qu'ils qualifient d'arbitraire, est une remise en cause du RPI, de la vie du village, la fermeture de deux postes (cantinière sur Rampoux et ATSEM de la maternelle de Lavercantière).

Difficile dialogue

La visite de M. Alayrac, inspecteur de l'Éducation nationale de Gourdon, venu rencontrer dans la soirée les élus des trois communes du RPI, ne s'est pas déroulée comme prévu : accueilli par une soixantaine de parents, grands-parents et enfants, qui lui ont remis une pétition portant 700 signatures, le dialogue n'a pas été facile avec un public visiblement en colère et complètement démoralisé. Les arguments de l'IEN n'ont pas convaincu et la décision a été prise de tenter de rencontrer l'inspecteur d'Académie.

La solution (déjà actée) d'une fusion avec l'école de Dégagnac aboutirait au schéma suivant : Dégagnac : maternelles et CP ; Lavercantière : CE1 et CE2 ; Thédirac CM1 et CM2. Elle est rejetée par les parent.

(note du BLOG : par ailleurs, est en cours) un recours au Tribunal Administratif.

Le plus traumatisant pour les habitants de Rampoux (et le terme n'est pas excessif), c'est de voir se fermer définitivement les portes de cette école entièrement rénovée, alors que l'effectif prévu en 2013 permettrait son maintien.

 

Repost 0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 23:39

Non à la casse de l'école publique !



Le CCSEV participait à la mobilisation du 19 mars pour protester contre la casse de l'école publique.

Nous avions RV le SAMEDI 19 MARS à 10h30, devant la Mairie de CAHORS.


A cette occasion, la FCPE a mis en place une votation citoyenne, dont les votes seront transmis à l'Académie (voir article ci-dessous)

 

CAHORS-19-03-2011.jpg

 

 

Nous avons retrouvé les habitants de nombreux secteurs du Lot soucieux de sauver une école de proximité.

Ainsi des élus de Parnac et Sauzet étaient présents, de même que les habitants de Cahors, Anglars, Les Junies, Prayssac, Montcabrier, Rampoux, Thédirac, Latronquière, Sousceyrac, Cajarc, Limogne...

 

Tous avaient à coeur de dénoncer la casse de l'école publique et défendre leurs écoles et collèges ruraux.

 

Au micro, nous avons témoigné des différentes mobilisations là où une suppression de poste ou de dotation horaire vient fragiliser les établissements. Nous rappelons que 14 communes et la Communauté de communes Vallée du Lot et du Vignoble ont adopté la motion de défense des écoles rurales.

 

Compte tenu des efforts des territoires, pour s'organiser en RPI, rénover les locaux, attirer de nouveaux résidents, etc.  nous n'acceptons pas ces logiques de suppressions de poste, purement comptables et de court terme.

 

Nous pensons que si les suppresions se poursuivent au même rythme sur les 3 prochaines rentrée, le réseau des écoles de nos territoires sera profondément transformé.

 

Nous avons donné RV pour notre prochaine action, la "Caravane pour l'école" qui sillonnera le département le samedi 16 avril prochain.

Le buit est de faire entendre nos voix dispersées mais décidées.

 

Pour plus d'info sur cette action, rendez-vous sur l'AGENDA de ce blog.

 

 

 

ARTICLE DE LA DEPECHE DU MIDI 20/03/2011

 

 

Unis sous la bannière du collectif lotois « L'école est notre avenir », les syndicats de l'éducation nationale se sont regroupés hier matin, sur la place Mitterrand, à Cahors, pour organiser une « votation citoyenne en faveur de l'école publique et républicaine », dans le cadre d'un mouvement d'envergure nationale. Une urne réservée à cet effet a recueilli un peu plus de 300 bulletins en à peine deux heures. Les résultats de ce suffrage symbolique seront transmis à l'inspecteur d'académie.

« Cet élan de protestation est d'abord un combat contre la baisse du nombre de postes dans l'éducation. Les collèges et les lycées sont durement touchés. Nous perdons des postes dans des établissements où les effectifs sont pourtant en hausse », déplore Gilles Cluzet.

(...)

 

Dans le Lot, comme ailleurs, les raisons de la colère sont multiples : suppressions de postes, besoins matériels non satisfaits, professeurs absents non remplacés…La liste est longue, tout comme la chaîne de solidarité générée par un collectif qui n'est pas prêt à courber l'échine.

 

 

 

Les mots d'ordre avant manifestation :


 

COMMUNIQUE FCPE

 

Le nombre d'enseignants pour 100 élèves ou étudiants est de seulement 6,1 en France, ce qui est nettement insuffisant àl’école primaire et à l'université. Telles sont les conclusions alarmantes que le Conseil d’Analyse Stratégique vient de rendre dans une note de synthèse au Premier ministre.

 

Classes fermées, effectifs surchargés, enseignants non remplacés, restrictions de l'accuei!l des moins de 3 ans, options et filières supprimées… chaque jour, les parents constatent sur le terrain les conséquences d’une politique budgétaire désastreuse, qui défavorise les zones fagiles, rurales ou urbaines, et pénalise les élèves en difficulté.

 

Face à l'arrivée de 40 000 élèves supplémentaires en 6ème cette année, quel est l'objectif du Gouvernement ?

Supprimer 16 000 postes enseignants !

 

 

COMMUNIQUE FSU-SNUIPP :    


L’éducation n’est plus une ambition pour ce gouvernement. Il aura supprimé 50 000 postes
dans le service public d’éducation en cinq années, mettant en difficulté écoles et
établissements, dégradant de façon systématique les conditions d’accueil, de formation et de
qualification des élèves, détériorant les conditions de travail de l’ensemble des personnels.


La Révision générale des politiques publiques (RGPP) aura déstabilisé les personnels et
affaibli les capacités de nombreux services comme celui de la Jeunesse et des Sports. Les
universités sont confrontées à des difficultés budgétaires et des promesses non tenues.
Le service public d’éducation, cible de la chasse budgétaire, est tiré vers le bas.

 

A la rentrée 2011, ce seront 16 000 postes supplémentaires qui seront supprimés, malgré
l’augmentation des effectifs d’élèves. Les conséquences auront des effets immédiats sur la
taille des classes dans les écoles, les collèges et les lycées, la scolarisation des enfants de deux
et trois ans, les élèves en difficulté, le fonctionnement des services et l’offre
d’enseignement… Le gouvernement fait le choix de la régression. Il a fait aussi ce choix en
supprimant la formation initiale des enseignants, entraînant ainsi démissions et
effondrement du recrutement. Dans le même temps, la majorité parlementaire a décidé de
favoriser l’enseignement privé au détriment du service public.


Le gouvernement ne prépare pas l’avenir. Ses choix dessinent une Ecole où les inégalités
seront renforcées, une Ecole plus dure pour les moins favorisés, une Ecole où la concurrence
entre établissements, par l’abandon de la sectorisation, sera la règle. Les enquêtes
internationales, comme PISA, confirment que les inégalités se creusent. Le gouvernement ne
répond qu’avec des effets d’annonce.


La mobilisation citoyenne doit permettre d’inverser ces choix. Les organisations, rassemblées
dans le collectif « L’Education est notre avenir », appellent tous ceux et toutes celles qui
soutiennent le service public d’éducation et son engagement permanent pour la réussite des
jeunes, sans distinction de fortune ni d’origine, à une journée nationale d’action déclinée
dans chaque académie le samedi 19 mars.


www.uneecole-votreavenir.org

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 23:02

Voici la liste des communes dont le conseil municipal a adopté une MOTION en faveur des écoles de villages et de RPI. Cette liste est actualisée au 19/04/2011, sachant que d'autres contacts sont en cours :

 

  • Albas

  • Anglars-Juillac

  • Bélaye

  • Carnac-Rouffiac

  • Castelfranc

  • Cassagnes

  • Cressensac

  • Crayssac

  • Douelle

  • Duravel

  • Floressas

  • Labastide-du-Vert

  • Lacapelle Cabanac

  • Lavercantière

  • Lugagnac

  • Mauroux

  • Montcabrier

  • Parnac

  • Pescadoires

  • Prayssac

  • Rampoux

  • Saint Martin le Redon

  • Saint Vincent Rive d'Olt

  • Sérignac

  • Thédirac

  • Touzac

  • Communauté de Communes Lot Célé

  • Communauté de Communes Pays de Salviac

  • Communauté de communes Vallée du Lot et du Vignoble.

 

 

Vous pouvez proposer notre motion à vos élus

Ce texte est symbolique, mais nécessaire pour rassembler les positions contre les suppressions de classes.

 

MOTION POUR LA SAUVEGARDE DES ÉCOLES EN MILIEU RURAL

 

 

Considérant qu’il est indispensable de préserver une école de proximité garante d’un enseignement de qualité ;

 

Considérant que l’école représente, en milieu rural, un lieu d’échanges entre générations, source de lien social ;

 

Considérant que l’école est, dans nos villages, source de fréquentation des commerces et des services locaux ;

 

Considérant que l’école permet à la collectivité de créer et de pérenniser des emplois de personnel locaux ;

 

Inquiet par les évolutions qui semblent se dessiner allant dans le sens d’une diminution des moyens affectés à l’école publique, évolution qui s’est soldée, lors de la rentrée 2010 par la suppression de 6 classes d’enseignement maternel et élémentaire dans le Lot.

 

 

Le Conseil municipal de la commune de…. réuni en séance ordinaire le …………….

 

Souhaite attirer l’attention de la population et des instances de décision sur la fragilisation des territoires ruraux qui ne manquera pas de se produire en cas de disparition de nos écoles publiques ;

 

Réaffirme son attachement aux écoles des communes du territoire de son RPI ;

 

S’engage à soutenir la présence et le maintien de ces écoles, ainsi que de toutes celles dont la suppression porterait atteinte à la qualité de la vie en milieu rural.

 


Repost 0
Published by ccsev - dans DOSSIERS
commenter cet article
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 22:50

CCSEV MANIF 2011 01 22 (JL ESPOSITO)

COMMUNIQUE DE PRESSE :

DEFENDRE L'ECOLE, LE VILLAGE !

Le 24/01/11 - 16:53:49


 

Défendre la possibilité pour nos enfants d'être scolarisés au plus près de chez eux, dans des écoles à taille humaine, et refuser la désertification des campagnes. En résumé, défendre les écoles rurales, défendre les villages sont les raisons qui nous ont conduits devant la Mairie de Cahors samedi 22 janvier dernier.

 

Au moment où 18 suppressions de postes enseignants en maternelle et primaire sont annoncées sur le Lot pour la rentrée prochaine, le CCSEV ne pouvait que répondre présent à l'appel du collectif « Un pays, une école, notre avenir ».

Le rassemblement de samedi nous a permis d'échanger avec les enseignants, d'informer et de mobiliser un plus large public autour de notre lettre ouverte.

Nous avons eu le plaisir de retrouver de nombreux élus (communes d'Albas, Anglars-Juillac, Baladou, Cahors, Cressensac, Douelle, Duravel, Frayssinet-le-Gélat, Labastide-du-Vert, Montcabrier, Prayssac...) dont certains ont déjà voté notre motion en conseil municipal, ainsi que le Conseiller régional M. Laybros et le Président du Conseil Général M. Miquel. Les maires sont venus pour défendre, une fois encore, leur école, ou par solidarité avec d'autres villages dont la classe est menacée.

 

En effet, c'est bien de solidarité dont il s'agit !

Solidarité entre petits villages, car les objectifs de suppressions de postes semblent décidés en haut lieu puis plaqués sur nos territoires, tombant sur telle ou telle commune sans que l'on comprenne la logique (sauf comptable !), et sans concertation.

Solidarité entre les villages et les bourgs, car il faut bien être conscient que la disparition d'une école vient surcharger les effectifs dans les écoles voisines, sans moyens proportionnels.

Solidarité avec les familles moins aisées et celles dont les mères travaillent : comment faire pour financer l'aide aux élèves en difficulté, ou l'accueil des 2-3 ans ? Une réduction supplémentaire de postes est impossible sans impact sur la qualité de l'enseignement. L'école n'est ni une chaîne de production, ni une garderie.

D'année en année, nous voyons fondre les missions que l'école publique assure jusqu'à présent gratuitement, pour nous tous. Alors que, pour faire face à l'avenir, il faudrait au moins les préserver, voire les développer !

D'expérience, nous savons qu'une suppression de classe peut aller très vite... A terme, nous voyons bien se mettre en place un mécanisme dangereux avec des disparitions d'écoles et la concentration sur de gros établissements.

Deux réunions sont programmées par l'Inspection Académique les 7 et 14 février prochains pour valider la carte scolaire 2011. Nous proposons donc plusieurs initiatives : rencontre du collectif le 2 février, avant une prochaine action à Cahors.

Nous appelons tous ceux qui le peuvent à nous soutenir, en signant notre lettre ouverte, notre motion et en se rapprochant de leurs élus.

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article

Qui Sommes-Nous ?

  • : Blog du CCSEV
  • Blog du CCSEV
  • : Blog du Collectif Citoyen pour la Sauvegarde des Ecoles de Village. Basé dans le Lot (46). Infos, outils, actions, motion, pétition et actualités
  • Contact