Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 08:36

Concert RampouxA5

Repost 0
Published by ccsev
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 16:57

L’école primaire craint l’asphyxie avec une nouvelle vague
de suppressions de postes
Par La rédaction de Mediapart
Article publié le lundi 16 mai 2011

 

Un article de Lucie Delaporte
L’école primaire n’avait pas connu une telle ébullition depuis des
années. Séquestration symbolique d’un directeur d’école primaire
dans le Lot-et-Garonne, pour empêcher la fermeture d’une classe ;
opération « école morte » à Meurchin (Pas-de-Calais) où des pa-
rents ont sorti duvets et couvertures pour bloquer leur établisse-
ment ; manifestation d’enseignants et de parents d’élèves à Mar-
seille... Depuis quelques semaines les actions locales se sont mul-
tipliées pour protester contre les fermetures de classes.
Principale victime des suppressions de postes de la rentrée 2011
avec près de 8.960 postes sur les 16.000 supprimés, le pri-
maire paie en effet le plus lourd tribut à la politique du non-
remplacement d’un fonctionnaire sur deux, et ce au moment où
ses effectifs d’élèves repartent à la hausse. C’est pour rappeler
ce paradoxe que se tiendra mercredi 18 mai devant le ministère
de l’Education nationale un rassemblement de délégations ensei-
gnantes venues de toute la France à l’appel du SNUipp, princi-
pal syndicat du primaire, rejoint par quelques fédérations de pa-
rents. Cette journée d’action devrait se présenter comme le point
d’orgue de plusieurs semaines de mobilisations.
Cette année, les coupes budgétaires vont se traduire, selon les
chiffres du ministère, par la fermeture de 1.500 classes à la ren-
trée. Une première alors que ces dernières années, le solde entre
fermetures et ouvertures de classes était jusque-là positif.
Côté ministère, on relativise pourtant en rappelant que plus de la
moitié des postes supprimés concernent des enseignants n’étant
pas en charge d’une classe : professeurs remplaçants, enseignants
de langue itinérants, poste de Rased (réseau d’aide aux enfants en
difficulté).
« Est-ce que cela veut dire que le système de remplacement du
primaire va se calquer sur celui du secondaire qui est catas-
trophique ? » , s’interroge Jean-Jacques Hazan, président de la
FCPE, première fédération de parents d’élèves.
Malgré les mises en garde répétées des spécialistes de l’éduca-
tion sur l’importance de l’école primaire dans le déroulement de
la scolarité, ces coupes sont d’autant moins comprises que l’école
primaire a toujours été le parent pauvre de l’éducation nationale.
En moyenne un élève de l’école élémentaire coûte 15% de moins
que dans les autres pays de l’OCDE, comme le soulignait il y a
tout juste un an un rapport de la Cour des comptes. Le coût salarial
par élève y est l’un des plus faibles de la zone, la France arrivant
au 25e rang sur 30 pays. Le taux d’encadrement y est aussi l’un
des plus bas.
«Sentiment d’abandon»
«Il s’agit pour nous de tirer le signal d’alarme. On bute sur
un noyau dur de 15 à 20% d’élèves en difficulté à la sortie du
CM2. Face à cela les enseignants ont désormais un vrai senti-
ment d’abandon» , explique Sébastien Sihr, secrétaire national du
SNUipp. Première marche du parcours scolaire, c’est aussi en pri-
maire que commence à s’observer le poids du déterminisme so-
cial, faille majeure du système scolaire français.
Or pour parvenir à rendre au ministère le nombre de postes de-
mandés, après avoir progressivement exclu les enfants de moins
de trois ans de l’école maternelle, les inspecteurs académiques se
sont retrouvés obligés de raboter les effectifs des zones d’éduca-
tion prioritaire ou ceux des réseaux d’aide aux élèves en difficulté.
Six cents postes de Rased vont être supprimés à la rentrée, ce qui
correspond à quelque 30.000 enfants en difficulté qui ne seront
plus pris en charge.
L’argument selon lequel la disparition de postes d’enseignants
«non chargés de classe » (remplaçants, Rased, etc.) serait indo-
lore apparaît dans ce contexte bien léger, ces postes étant sou-
vent essentiels au bon fonctionnement du système, assurent les
enseignants. «Dire cela, c’est méconnaître le fonctionnement de
l’école, s’insurge Sébastien Sihr. Dans le Val-d’Oise, on supprime
par exemple 40 postes de maître soutien en ZEP. Alors que ce
sont des renforts qui permettent justement à certain moment de la
journée de dédoubler les classes et donc d’améliorer l’apprentis-
sage.»
Dans le Nord, l’un des départements les plus touchés avec 195
suppressions de postes au total, on s’émeut aussi de ces coupes
indifférenciées. «A l’école Camus de Tourcoing, l’une des plus
défavorisées du département, on supprime un poste ! Cela n’a
pas de sens», s’alarme Yves-Marie Jade, secrétaire départemen-
tal du SNUipp du Nord. Même incompréhension à la FCPE :
«Une classe a été carrément supprimée dans une petite école de
Seine-Maritime qui avait pourtant les plus faibles résultats aux
évaluations de CM2. Cela veut tout simplement dire qu’on décide
de les abandonner. Il ne faudra pas ensuite venir pleurnicher sur
les résultats !» , s’indigne le président de la FCPE.
Parallèlement à la journée d’action de mercredi, la FCPE orga-
nise également le 20 mai une «nuit des écoles» en invitant les
parents à occuper les établissements scolaires. Et si ces actions-
coups de poing ne suffisent pas, ce pourrait bien être la voie judi-
ciaire qui permette aux parents de se faire entendre. Les recours
au tribunal administratif contre les fermetures de classes, déposés

par des parents d’élèves ou des municipalités, se sont multipliés
ces dernières semaines, contestant souvent les chiffres du recto-
rat pour justifier les fermetures. «Ils se comptent aujourd’hui par
centaines et, si cela continue, il y en aura bientôt des milliers» ,
prévient Jean-Jacques Hazan.

Repost 0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:39

18.04.2011
Les parents de la FCPE appellent à une "nuit des écoles" le 20 mai



La FCPE, première fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, a appelé lundi les parents "à
organiser partout en France, le 20 mai, des "nuits des écoles+" et à signer une pétition "pour demander
l'arrêt des suppressions de postes dans l'Education".


"C'en est assez ! Les 16.000 suppressions de postes programmées à la rentrée 2011 se traduiront par
l'augmentation du nombre d'élèves par classe dans les écoles, les collèges et les lycées, par des fusions
d'écoles, des fermetures de classes et encore plus de problèmes de remplacement à venir", écrit la FCPE
dans un communiqué.


Aussi appelle-t-elle "tous les parents d'élèves à la mobilisation". Elle les invite d'une part "à organiser par-
tout le 20 mai des +nuits des écoles+ avec des débats publics sur l'avenir de l'Ecole".


D'autre part, elle "lance une pétition nationale sur son site internet (petition.fcpe.asso.fr) pour demander
l'arrêt des suppressions de postes".


Enfin la FCPE réclame "la tenue, sans délai, au Parlement, d'un collectif budgétaire pour augmenter le
budget de l'Education nationale".


Elle salue en outre les mobilisations récentes de parents "dans l'Aude, le Doubs, en Midi-Pyrénées, dans
le Nord-Pas de Calais, dans le Rhône, le Calvados et ailleurs", qui "agissent pour qu'à la rentrée 2011,
l'Ecole de la République puisse accueillir tous les enfants".


Selon le budget 2011, près de 16.000 postes, quasi tous de professeurs, vont être supprimés à la rentrée —
8.967 dans les écoles publiques,

4.800 dans les collèges et lycées publics

et 1.533 dans l'enseignement privé

— après 50.000 suppressions de 2007 à 2010 (sur environ 850.000 enseignants).


Dans le même temps, il y aura 50.800 élèves de plus, en collèges principalement, selon le ministère de
l'Education.

 


En juin 2008, un collectif avait lancé une opération "nuit des écoles" dans quelque 600 établissements,
consistant en occupations pacifiques d'écoles, pique-niques, débats, réunions d'informations enseignants
et parents etc pour protester contre les réformes dans l'enseignement primaire.


Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 22:57

De : Olivier CAMPAGNOL

Le : 22/04/2011

 

RETOUR DE LA MANIFESTATION

Classe de plein air face à la Préfecture de Cahors

 

 

Bonjour,

 

Et encore merci à Daniel pour son organisation remarquablement efficace & rapide des effets médiatiques de notre mouvement.

Aujourd'hui, après 1h30 de discussion avec Jean-Luc Marx, préfet du Lot - au moins jusqu'à mercredi - qui a reçu notre délégation de sept personnes (M. Gilles Vilard, maire de Lavercantière, Agnès Giat, Nathalie Pocholle, Carinne Antheaume, Olivier Campagnol - du RPI- Alain Auzanneau - du CCSEV - & Géraldine Rigo - venue de Limogne), bruyamment soutenue par les enfants, habitants et élus du RPI, la sortie ne fut, hélas, pas triomphale.

Pour l'instant, et malgré des arguments qui l'ont fait vaciller, monsieur le préfet continue à soutenir son administration. Il nous a donc laissé en nous souhaitant bon courage pour la suite de notre mouvement.

 

O

REPORTAGE JT 19/20 F3 Quercy Rouergue

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_LOCALES_QUERCY_ROUERGUE

link

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 13:12

HABITANTS


DU RPI LAVERCANTIÈRE-RAMPOUX-THÉDIRAC


LES ÉCOLES ONT BESOIN DE VOTRE SOUTIEN !


VENDREDI 22 AVRIL à 13h30


devant la PREFECTURE, place Bessières


 à CAHORS


La classe, et donc l'école de Rampoux, est prévue à la fermeture pour la rentrée prochaine.


La machine est en route pour supprimer les unes derrières les autres toutes les petites écoles de village, c'est pourquoi nous avons commencé immédiatement à nous mobiliser pour affirmer notre détermination à les protéger et ainsi protéger l'existence même des villages, des campagnes.


Nos écoles assurent un enseignement de qualité


               - elles permettent des emplois locaux
                - elles assurent l'attractivité du village

- elles favorisent le lien social

 
Nous sommes tous appelés à les défendre.


C'est pourquoi nous vous invitons à venir nous rejoindre lors de cette

manifestation qui est soutenue par la présence de  

notre députée Dominique Orliac.

 

Programme de l'après-midi :


14h : « classe » en plein air devant la préfecture, place Bessières 

14h30 : départ du cortège vers la place Chapou
pour rencontrer M. le Préfet.

 

Si vous voulez profiter d'un co-voiturage,départ à 13h place de la mairie à Thédirac.

 

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 11:46

article dans la dépêche du midi du 21 avril 2011

 

Publié le 21/04/2011 11:08 | LaDepeche.fr

Rampoux. Parents et élus déterminés à sauver l'école

Yves Périé, le maire, et Gilles Villard, maire de Lavercantière.
Yves Périé, le maire, et Gilles Villard, maire de Lavercantière.
Yves Périé, le maire, et Gilles Villard, maire de Lavercantière.

Samedi 16 avril, se déroulait l'action caravane « Le Lot pour l'école », qui défend les écoles menacées de fermeture à la prochaine rentrée. Parents, enseignants, élèves et élus sont de plus en plus motivés et s'apprêtent à lutter jusqu'au bout. En début d'après-midi, une centaine de membres du RPI Lavercantière-Rampoux- Thédirac a manifesté devant l'école de Rampoux, soutenue par la population du village. Yves Périé, le maire de Rampoux, est déterminé à sauver son école comme il l'a déjà fait il y a déjà 10 ans. Gilles Villard, maire de Lavercantière, président de la communauté de communes du Pays de Salviac, était à ses côtés. Les manifestants ont ensuite bloqué une partie de l'autoroute durant une heure à Montfaucon.

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 19:15

18.04.2011
Les parents de la FCPE appellent à
une "nuit des écoles" le 20 mai


La FCPE, première fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, a appelé lundi les parents "à
organiser partout en France, le 20 mai, des "nuits des écoles+" et à signer une pétition "pour demander
l'arrêt des suppressions de postes dans l'Education".


"C'en est assez ! Les 16.000 suppressions de postes programmées à la rentrée 2011 se traduiront par
l'augmentation du nombre d'élèves par classe dans les écoles, les collèges et les lycées, par des fusions
d'écoles, des fermetures de classes et encore plus de problèmes de remplacement à venir", écrit la FCPE
dans un communiqué.


Aussi appelle-t-elle "tous les parents d'élèves à la mobilisation". Elle les invite d'une part "à organiser par-
tout le 20 mai des +nuits des écoles+ avec des débats publics sur l'avenir de l'Ecole".


D'autre part, elle "lance une pétition nationale sur son site internet (petition.fcpe.asso.fr) pour demander
l'arrêt des suppressions de postes".


Enfin la FCPE réclame "la tenue, sans délai, au Parlement, d'un collectif budgétaire pour augmenter le
budget de l'Education nationale".


Elle salue en outre les mobilisations récentes de parents "dans l'Aude, le Doubs, en Midi-Pyrénées, dans
le Nord-Pas de Calais, dans le Rhône, le Calvados et ailleurs", qui "agissent pour qu'à la rentrée 2011,
l'Ecole de la République puisse accueillir tous les enfants".


Selon le budget 2011, près de 16.000 postes, quasi tous de professeurs, vont être supprimés à la rentrée —
8.967 dans les écoles publiques, 4.800 dans les collèges et lycées publics et 1.533 dans l'enseignement
privé — après 50.000 suppressions de 2007 à 2010 (sur environ 850.000 enseignants).
Dans le même temps, il y aura 50.800 élèves de plus, en collèges principalement, selon le ministère de
l'Education.


En juin 2008, un collectif avait lancé une opération "nuit des écoles" dans quelque 600 établissements,
consistant en occupations pacifiques d'écoles, pique-niques, débats, réunions d'informations enseignants
et parents etc pour protester contre les réformes dans l'enseignement primaire.

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 20:58

Le samedi 16 avril, nous avons organisé cette première action "Caravane", avec 3 cortèges : secteurs Prayssac, Limogne, Latronquière

 

Vous pouvez retrouver le journal de france3 (19/20) du 16 avril qui en parle CLIQUEZ ICI: 

 

 


logo caravane

  et aussi le journal de france2 du lundi 18 avril CLIQUEZ ICI:

 

 

 

 

 La version de Latronquière avec les photos correspondantes se trouve CLIQUEZ ICI

 

 

Quels étaient les objectifs ?

  • fédérer les ruraux actifs pour défendre leur école et leur collège :

    une même action le même jour pour démontrer notre cohésion

  • dénoncer les atteintes graves aux écoles rurales :

    suppression de classes, réduction de dotations horaires (DGH), remplacements d'enseignants non assurés, réorganisation des RPI, concentration sur de gros sites, augmentation des effectifs, recul de la scolarisation des 2-3 ans, etc. N'en jetez plus !

  • avancer nos propositions communes pour des écoles dans les villages !

 

Pique-nique et « péage gratuit » pour l’école

 

Récit au long du parcours d'un des 3 cortèges (St Vincent-Montcabrier-Goujounac-Rampoux) préparé par Olivier CAMPAGNOL, de Rampoux :

 

Un beau soleil nous a accompagné tout au long de cette journée de mobilisation sur les chemins du Lot.

 

Les affichages de photos & d’articles sous le préau ont eu beaucoup de succès. Ils ont permis aux parents, habitants & élus qui n’ont pas l’occasion de participer au quotidien des actions d’occupation de classe, et autres manifestations ou délégations & réunions, de constater l’impact médiatique, tout comme l’adhésion de la plupart des responsables politiques, autour de notre démarche. Et puis les habitants fraîchement installés dans la région ont découvert l’historique des générations qui se succèdent dans l’école de Rampoux.

 

Quant aux autochtones de longue date, ce fut l’occasion pour eux de se souvenir de leur enfance et d’en parler à ceux qui reprennent le flambeau de la vie dans nos campagnes. Bien sûr, quelques-uns n’ont pas eu la chance de pouvoir se joindre à nous, pour des raisons professionnelles ou autres, et c’est à leur intention toute particulière que chacun pourra témoigner de la constance des effectifs accueillis dans cette salle de classe qui n’a jamais démérité. Une exposition émouvante qui a, de plus, retracé les mobilisations précédentes, grâce auxquelles les écoles rurales ont pu perdurer, pour la plus grande joie et le plus grand bien de tous, à commencer par les élèves qui en bénéficient.

DSC2328

 

Dans la cour de récréation, où les enfants ont pu peindre quelques fresques et profiter du maquillage de mains expertes, une belle tablée avait été dressée par les plus matinaux, ce qui a offert à chacun l’occasion de se restaurer confortablement en conviviale compagnie.


Compagnie qui s’est faite soudain plus nombreuse avec l’arrivée du cortège de Prayssac, aux environs de 13h30, annoncée à force de klaxons copieusement applaudis.

Partie de St Vincent Rive d’Olt en début de matinée, où M. Bernard Choulet (suppléant de Dominique Orliac, députée du Lot) et M. Marc Gastal (nouveau conseiller général du canton de Luzech), entre autres – étaient venus en signe de soutien, elle s'est étoffée à chaque fois de nouveaux participants.

DSC2215à Saint Vincent Rive d'Olt


La caravane avait ensuite marqué une halte successivement à Montcabrier et à Goujounac, où des enseignants, parents d'élèves, habitants et leurs élus, nombreux, avaient assuré un accueil très chaleureux.

DSC2244

à Montcabrier

DSC2273à Goujounac

 

Nous avons apprécié la forte mobilisation, dans chaque village traversé, de nombreux maires, conseillers municipaux, conseillers d'intercommunalités, ainsi que de conseillers généraux comme M. Bladinères (canton de Puy-l'Eveque) ou de M. Bargues (conseiller général du canton de Cazals).

 

DSC2314

arrivée au village des irréductibles : Rampoux

 

Une fois la banderole des nouveaux venus installée au dessus du portail, et après de chaleureuses salutations autour d’une collation – agrémentée de délicieuses pâtisseries & crêpes généreusement préparées par les familles présentes –, France3 Toulouse a commencé son reportage. Celui-ci, ponctué notamment des interviews du Maire de Rampoux et de Sophie Mathis – présents à ce moment –, a occupé une place de choix dans le JT du 19/20 de ce samedi 16 avril.

 

Ensuite, avant l’appel lancé à haute voix, comme dans chaque village à travers le Lot, Sophie Mathis nous a lu au micro quelques extraits choisis du livre Indignez-vous de Stéphane Hessel (93 ans, résistant à l’occupation nazie, membre actif du Conseil National de la Résistance), dont un passage prépondérant en ce qui concerne l’Education Nationale en France – que Sonia avait judicieusement communiqué à notre Inspecteur d’Académie, durant notre délégation en mars à Cahors.

Une ovation fit écho à la conclusion de cet ouvrage : « CREER, C’EST RESISTER. RESISTER, C’EST CREER », car tous les participants ont eu l’occasion, ces derniers jours d’avantage encore, d’éprouver à quel point cela s’impose à notre époque, sans doute d’autant plus dans nos campagnes où la population est clairsemée.


 

La caravane, grossie de nombreux volontaires, reprit sa route à 15h20 vers le point d’orgue de cette journée. Elle est allée rejoindre deux autres cortèges de volontaires, venus de Latronquière et de Limogne, portant leur nombre à plus de cinquante véhicules, pour soulever les barrières du péage d’autoroute de Labastide-Murat. Les usagers, profitant de cette gratuité inattendue, ont volontiers donné leur signature de soutien à notre Appel – au delà d’une centaine, c’est-à-dire la quasi totalité des occupants des véhicules, en une heure d’occupation des lieux.

 

DSC2366 DSC2390

 

Enfin, la caravane s’est réunie une dernière fois à Labastide-Murat, où M. Aurélien Pradié, conseiller général UMP du Lot a reçu « au pied levé » une délégation de sept personnes. Celui-ci comprend notre démarche et affirme d’ailleurs avoir protesté auprès de Luc Chatel (ministre de l’Education), et qu’il le refera, comme auprès de monsieur l’inspecteur d’Académie de Cahors, pour défendre comme nous l’égalité des droits et de qualité de vie dans les territoires ruraux. A suivre…

 

 

Nous n'avons pas évoqué les autres parcours, sur Limogne et Latronquière, mais voici quel était le programme d'ensemble de la journée


La caravane s'organisait en 3 cortèges : Prayssac, Limogne et Latronquière, qui parcourent les différents "points chauds" du Lot, à la rencontre des habitants et élus. Lecture de notre appel pour les écoles et de textes puisés dans la littérature (Stéphane Hessel, Martin Niemöller, Fred Vargas).

 

 

Matin : étapes dans les villages mobilisés :

secteur Prayssac :

9h30 RV de départ à St Vincent Rives d'Olt

11h00 RV à Montcabrier

12h15 RV à Goujounac 

 

secteur Limogne : 

10h00 stand sur le festival Eco'Lot toi-même 

12h00 tribune « coup de gueule » sur le festival, appel devant la mairie

 

secteur Latronquière :

9h00 RV de départ à Latronquière devant le collège

11h00 RV à Lacapelle-Marival en présence des élus


mi-journée : étape déjeuner sur des RV festifs

 

secteur Prayssac :

13h30 : RV à Rampoux sur les animations organisées par les parents

 

secteur Latronquière :

13h : RV à Figeac salle Balène, en présence de Mme PAULO, Maire de Figeac

 

après-midi : 16h jonction des trois cortèges

 

Occupation de la barrière de péage de Labastide-Murat pendant une heure, signatures de pétition.

Rencontre avec Aurélien PRADIE, Maire UMP de Labastide-Murat, pour lui remettre nos doléances à l'attention de Luc CHATEL.

Repost 0
Published by ccsev - dans ACTIONS
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 12:10

reportage dans le Lot

une interview, diffusion le 11/04/2011 sur France Info

 


Repost 0
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 22:01
Repost 0

Qui Sommes-Nous ?

  • : Blog du CCSEV
  • Blog du CCSEV
  • : Blog du Collectif Citoyen pour la Sauvegarde des Ecoles de Village. Basé dans le Lot (46). Infos, outils, actions, motion, pétition et actualités
  • Contact